L'artiste


L'artiste
 Fragmentés, dissociés, corps, visages, éléments du vivant ou technologiques peuplent l’espace peu à peu contaminé par une pulsion de formes qui prennent vie et s’animent autour d’une composition à la fois gracieuse et organique… L’image devient une particule en mouvement dans laquelle le spectateur se plonge, pénétrant un monde imaginaire d’un nouvel ordre, infini et vertigineux. Objets de combinaisons intuitives, les images s’entemèlent, s’interpellent et entrent en polarité pour former une œuvre parfois terrifiante, parfois envoutante, postulant la beauté dans le chaos de tous les faits et gestes du monde.






Techniques et démarches artistique

Nicolas Maréchal écrit en images. Inlassablement, il les collecte, les accumule par milliers depuis plus de dix ans. Certaines images retiennent son attention, parfois plus pour la forme que dessinent leurs contours, leurs couleurs que pour leur sens. Menant ses recherches en privilégiant l’aléatoire comme méthode, ses sources sont multiples (revues d’informations, magazines de modes ou érotiques, livres d’art et d’histoire, encyclopédies, et bien plus encore). Cette quête de l'image parfaite et l´incessante recherche qu´elle implique occupent sans cesse son esprit et virent même à l´obsession lorsqu´il s’agit de trouver une pièce manquante à un des collages en cours...
Une fois les images collectées et classées, Nicolas Maréchal démarre alors son jeu de montage et d’assemblage. Chaque oeuvre se développe lentement et de manière organique autour de l’agencement cohérent de trois ou quatre pièces de départ jusqu’à ce que l’évidence surgisse. La priorité de l’artiste est d'obtenir un ensemble gracieux, c´est à dire équilibré, tant dans les formes et les proportions qu’au niveau des gammes chromatiques. On comprendra dès lors que si la grande majorité des pièces qui constituent chacune des oeuvres ont été selectionnées selon des critères esthétiques ou pour leur sens, leur force, elles sont systématiquement soumises à des contraintes de tailles, de formes et de couleurs...
Et c’est ainsi que le paradoxe du collage se révèle dans toute sa splendeur! D’une technique artistique sous contrainte, émerge un univers réaliste (incarné par des photographies assemblées) mais qui déjoue toutes les règles du réèl. Plongé dans ce monde surréaliste, dégagé des lois universelles, le spectacteur est invité à laisser cours à ses pensées inconscientes et à l’interpretation libre… et à l’instar des tâches de Rorschach, lors de ce voyage introspectif, il projetera ses fantasmes comme ses angoisses, ses désirs comme ses phobies…